La douloureuse histoire de la libération des prisonniers de guerre iraniens après la fin de la guerre.

La douloureuse histoire de la libération des prisonniers de guerre iraniens après la fin de la guerre.

Le 17 Août 1990, la première vague de prisonniers de guerre iraniens regagnait l’Iran accueillie par leurs familles après des années de détention par le régime oppresseur de Saddam.

Le 17 Août 1990, la première vague de prisonniers de guerre iraniens regagnait l’Iran accueillie par leurs familles après des années de détention par le régime oppresseur de Saddam.

Cet événement était survenu deux semaines après l’occupation militaire du Koweït par Saddam et deux jours après que Saddam, dans une lettre adressée au président iranien de l’époque, M. Hashemi Rafsanjani, a adopté de nouveau la convention 1975 d’Alger et a accepté les conditions de l’Iran pour la fin de la guerre, comme par exemple la promesse du retrait de ses troupes du territoire iraniens et la libéralisation des prisonniers de guerre iraniens.

Le 17 juillet 1988, la nouvelle de l’adoption de la résolution 598 par l’Imam Khomeiny a été répandue. Le régime irakien a considéré l’adoption de cette résolution par l’Iran comme une faiblesse et avec la connivence des hypocrites (Mojahedin Khalq), a une fois de plus violé les frontières de l’Iran. L’opération Mersad, était la réaction à cette nouvelle attaque des agresseurs appelée Forough Javidan (lumière éternelle) qui cause une énième défaite des ennemis a. Le régime irakien, après cette défaite qui avait été largement propagé par les médias interrégionaux et régionaux, a constaté qu’il s’était trompé dans l’analyse des raisons de l’adoption de la résolution 598 par l’Iran.

Le 8 Août 1988, Saddam fut obligé d’accepter le cessez-le-feu et s’est dit prêt à négocier avec l’Iran. Après le cessez-le-feu et le début des négociations, il a fallu deux ans précisément avant de voir un échange de prisonniers entre les deux pays. Alors que, d’après l’article3 de la résolution 598 de l’ONU et en vertu de la troisième convention de Genève ratifiée le 12 Août 1949, après une guerre, tous les prisonniers de guerre devraient être renvoyés dans leurs pays respectifs sans délai.

Le 9 Août 1988, le Conseil de sécurité des Nations Unies a ratifié la résolution 619 qui a permis aux observateurs militaires iraniens, irakiens et des Nations Unies qui étaient constitués d’environ 400 personnes provenant de 25 pays, de se déployer sur les frontières des deux pays (Iran – Irak).

Les confrontations et les négociations entre les deux pays se poursuivaient jusqu’au 22 Avril 1990, date à laquelle, Saddam, le président de la république irakienne de l’époque via une lettre adressée au guide suprême et au président de la république islamique d’Iran de l’époque, a appelé à des pourparlers de paix et a proposé une rencontre directe entre les présidents des deux pays dans un pays tiers comme l’Arabie Saoudite le jour de la fête sainte de fin de ramadhan (Eid Fitr). Hashemi Rafsanjani, le président de la république islamique de l’époque dans sa réponse, a écrit : « En voie de la paix comme à l’époque de la défense sainte, nous sommes résolus à avoir la confiance de la population avec nous». Puis, il a suggéré qu’avant toute rencontre entre les présidents des deux pays, des représentants venus des deux pays devraient entamer des négociations dans le pays tiers et discuter de ce qui devrait être fait afin de préparer le terrain pour la décision finale.

La porte des correspondances s’est ainsi ouverte et a continué jusqu’à ce que le 8 Août 1990, l’Iran via une lettre a mis l’accent sur le traité 1975. Dans sa lettre du 14 Août 1990, le président de la république irakienne accepta cela et affirma ainsi : « ce que vous avez souhaité, se réalisera », il a écrit aussi :

« Un échange immédiat de tous les prisonniers sans exception sera organisé entre les deux parties au niveau des frontières terrestres et par la voie de « Khanqin-Qasr-e-Shirin » ainsi que par d’autres voies, objets d’unanimités entre les deux pays. Nous serions les premiers à commencer cette opération et cela sera effectif à partir du 17 Août 1990… Avec cette décision, tout est devenu clair et tout ce que vous avez souhaité et y insisté se réalisera. »

C’est ainsi qu’à la date du 17 Août, la première vague de prisonniers de guerre fut libérée et avait regagnée le territoire. Le 18 Août 1990, le président de la république islamique d’Iran a écrit à Saddam : « L’annonce de votre retour dans le traité 1975 a transformé le présent cessez-le-feu en une paix durable et perpétuelle ».

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer