Sayyid Hassan

Sayyid Hassan

Exactement soixante-dix décennies après la naissance de l’Imam Khomeini (Que Dieu le bénisse), nait un de ses descendants prénommé Hassan conformément aux recommandations de l’Imam. Ce nouveau-né vient au monde le 1er Mordad 1351 (Solaire) (23 juillet 1972 du calendrier grégorien) dans la ville sainte de Qom. Son père et sa mère descendent tous deux de la glorieuse lignée des Sâdât (Descendants du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui et sa Famille)) et appartiennent aux plus célèbres familles scientifiques d’Iran.

Naissance et noble ascendance familiale

Exactement soixante-dix décennies après la naissance de l’Imam Khomeini (Que Dieu le bénisse), nait un de ses descendants prénommé Hassan conformément aux recommandations de l’Imam Khomeini. Ce nouveau-né  vient au monde le 1er Mordad 1351 (Solaire) (23 juillet 1972 du calendrier grégorien) dans la ville sainte de Qom. Son père et sa mère descendent tous deux de la glorieuse lignée des Sâdât (Descendants du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui et sa Famille)) et appartiennent aux plus célèbres familles scientifiques d’Iran.

Sa mère Sayyide Fatemeh Tabatabai, l’honorable fille de grand Ayatollah Soltani Tabatabai (Que la Miséricorde d’Allah soit sur lui), des Tabatabai Boroujerd descendants du Prophète (PBDLF), possède trente-trois ascendants jusqu’à  l’Imam Hassan Mujtaba (Que la Paix de DIEU soit sur lui) et dispose aussi dans son arbre généalogique d’un lien de parenté avec Allâme (Grand savant) Bahr al-'Ulum (Que Dieu le bénisse).

La mère de Fatemeh qui se prénommait Sadiqeh, était la fille de grand Ayatollah Seyyed Sadr al-Din Sadr (Que la Miséricorde d’Allah soit sur lui) l’un des trois Marâje’ (Les trois Savants de référence de Qom), et la petite-fille de Monsieur grand Ayatollah Hadj Hussein Qomi (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), de la lignée des Grands Marâje’ de son temps.

Sayyid Ahmad Khomeini (Que la Miséricorde de DIEU soit sur lui) le père de Sayyid Hassan, est le fils de l’Imam Sayyid Ruhu Allah Khomeini (Que Dieu le bénisse) et de Dame Khadijeh Saqafi (Que Dieu lui accorde sa miséricorde) la fille de Ayatollah Mirza Muhammad Saqafi, l’un des nobles et illustres Olamâ (Savants) de Téhéran.

La période de l’enfance et de l’adolescence

Sayyid Hassan termine son enfance entre Qom et Najaf, tour à tour auprès de son grand-père maternel feu grand Ayatollah Soltani Tabatabai (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), et de son grand-père paternel Imam Khomeini (Que Dieu le bénisse), entouré de l’amour indéfectible, de l’affection et de la bienveillance de ces deux grands sages.

Durant le séjour de l’Imam à Paris (Neauphle-le-Château), il ressent depuis Najaf et Téhéran l’émotion et le grand enthousiasme suscités par la révolution alors à son apogée.

Des études classiques

Sayyid Hassan Khomeini commence ses études primaires à Najaf (Madrassa (Ecole) 'Alawi), et continue dans les écoles Nouzda (Dix-neuf) Dey et Pars de Qom puis Nikan de Téhéran, et la fin de ce cycle d’études se termine dans l’Ecole Habib ibn Mazaher à Jamaran. Le choix de cette école aura lieu en raison de considérations purement sécuritaires. Durant l’année 1366 (Solaire) (1987-1988), il décide dans sa deuxième année de lycée à l’Ecole Nikan de rejoindre les lignes de front de la guerre imposée par l’Iraq en Iran, et à la fin des évènements dans l’année 1369 (1990-1991), alors que d’autres ont déjà passé la quatrième année, il gravit les différents paliers du lycée au sein de l’Ecole Nikan, obtient son diplôme de mathématique, et achève son baccalauréat.


Les études au séminaire

Après ce résultat et avec les fidèles recommandations de l’Imam et de son illustre père Monsieur Sayyid Hassan, commencent alors durant l’année 1368 (1989-1990) les études au séminaire, et quatre années plus tard, c’est-à-dire une année avant le décès de feu Monsieur Sayyid Ahmad (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), il revêt officiellement l’Habit du clergé.

Il commence par étudier les préliminaires dans les écoles Razavieh et Kermani, et entame ensuite à partir de l’année 1372 (1993-1994) la phase des études supérieures. Il habite dans la maison de son grand-père le défunt Soltani Tabatabai (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), et passe toute cette période sous sa surveillance.

Tout au long des différents cycles d’acquisition et durant ses leçons, il s’imprègne de la présence bénie des grands Maitres qu’il côtoie.

Les honorables professeurs de Fiqh (Jurisprudence) et Oussoûl (Bases et Fondements de la jurisprudence islamique) :

Le livre de le Makasseb Moharrameh (commerces interdits) avec Ayatollah Duzduzani, le Bey’ (transaction) avec Ayatollah Payani (Que Dieu lui accorde sa miséricorde) et avec le grand Ayatollah Soltani Tabatabai (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), le Khiyarat avec Ayatollah Ostadi, et pour le Rasael et le Kifayah, Ayatollah Ostadi et Ayatollah Mussavi Bojnuordi.

Les honorables professeurs de philosophie et de gnose 

Le Manzume Du défunt Molla Hadi Sabzevari, le Moqadameh Qeysari et le Sharh Tajrid avec Hujjat ul-Islam wa l-Muslimin Eshâq Niâ, le Manāzil al-sāʻirīn avec Ayatollah Shirazi, et le Asfâr (Durant deux années) avec le grand Ayatollah Javadi Amoli.

Les honorables professeurs de Kharej Fiqh (Etudes supérieures de Jurisprudence) et Oussoûl (Etudes supérieures des Bases et Fondements) :

le Makasseb Moharrameh (Durant une année) avec le grand Ayatollah Fazel Lankarani (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), le Masa’il Mustahdatha (Durant environ une année) avec le grand Ayatollah Fazel Lankarani (Que Dieu lui accorde sa miséricorde), le Khiyarat (Durant trois années) avec le grand Ayatollah Vahid Khorasani, le Khoms et le Nikah (Mariage) (Durant un total de cinq années) avec grand Ayatollah Shobeiri Zanjani, et pour le Oussoûl-Fiqh (Durant onze années), le Tahârat et le Khoms (Durant six années), Ayatollah Mohaghegh Damad.

 

Il s’instruit aussi auprès de grands Maitres tels que le grand Ayatollah Mousavi Ardebili, le grand Ayatollah Saanei et Ayatollah Mo’men.

Sayyid Hassan à l’Ecole des études religieuses

Deux ans après son entrée au séminaire religieux de Qom (Année 1370) (1991-1992), Sayyid Hassan Khomeini commence son apprentissage à l’Ecole Kermaniha dans le Tadris Moqaddemat (L’enseignement au niveau préparatoire), et il étudie en l’espace de huit années des livres tels que le Jame-al-Moghadamat, le Suyuti, le Mughni al-Labib, le Mukhtasar al-Ma’ani, le Ma'ālim, le Sharh Lom’ah et le Mantaq Muzaffar. Et pour un laps de temps de dix années à partir de l’année 1379 (2000-2001), le compte-rendu de ses activités pédagogiques à des degrés supérieurs de l’enseignement mentionne l’étude de livres tels que le Rasael, le Makasseb Moharrameh, le Bey’, le Khiyarat et le Kifayah, et il planche même jusqu’à deux trois fois sur certains de ces livres.

Les leçons de philosophie de Monsieur Sayyid Hassan débutent dans le courant de l’année 1385 (2006-2007) avec l’enseignement du livre Manzume de défunt Molla Hadi Sabzevari, et s’achèvent au mois de Aban 1391 (Octobre 2012).

Hujjat ul-Islam wa l-Muslimin Sayyid Hassan Khomeini commence durant l’année scolaire 1389-1390 (2010-2011) son professorat dans le cycle Kharej Oussoûl (Etudes supérieures des Bases et Fondements), qu’il continue jusqu’à présent dans l’Ecole Dar al-Shifa de Qom, et sa classe de cour fait partie des classes les plus florissantes de la ville sainte.

Le reste des activités

En plus de ses activités et de ses occupations dans le Séminaire de théologie, Sayyid Hassan Khomeini se forme aux sciences humaines modernes, s’investit dans la littérature, et atteint avec la philosophie occidentale, la philosophie de l’éthique (Falsafah Akhlaq), la sociologie (Jame’e Shenasi), les sciences politiques (Ulum Siyasi), l’économie (Eqtesâd) et l’histoire (Tarikh), un niveau de connaissance supérieur.

Il acquière la maitrise totale de la langue anglaise et de l’arabe, et continue le perfectionnement de l’anglais durant près d’une dizaine d’années.

Le résultat d’une décennie d’efforts de Sayyid Hassan dans le domaine de l’investigation et de la recherche, c’est l’écriture de livres tels que le Mabani-i Fiqhi-i Tanzim-i Khanvadah (Les bases juridiques du planning familial), le Dah Maqaleh (Les Dix Traités) et le Dalil Rah (La preuve du chemin), et la rédaction d’un livre de grande valeur intitulé  Farhang Jame’ Feraq Eslami (Dictionnaire détaillée des écoles de pensée islamique).

Il est aussi amateur de sport, pratique le football comme son illustre défunt père durant sa jeunesse, et s’intéresse aux derniers développements sportifs.

A partir de l’année 1373 (1994-1995), après le décès de son noble père, Hujjat ul-Islam wa l-Muslimin Sayyid Hassan Khomeini endosse de très lourdes responsabilités, puisqu’il remplit en plus du reste de ses occupations la fonction de Waqf du Haram-e Motahar (Fonction de curateur du Sanctuaire sacré de la Mosquée Imam Khomeiny) et de l’Institut de la Régulation et de la Diffusion des oeuvres de l’Imam Khomeini (Que Dieu le bénisse) , s’occupe à cette occasion des formalités et des cérémonies, se consacre à cette activité importante du mercredi (Chahâr Shanbeh) jusqu’à la deuxième moitié de l’après-midi du vendredi (Asr Juma’ah), et présente après feu Monsieur Seyyed Ahmad tous les jeudis soir (Panj Shanbeh-hâ Shab) dans le Haram-e Motahar de l’Imam Khomeini (Que Dieu le bénisse) les prières de Maghreb (Quatrième prière), et de 'Isha (Cinquième prière).

 

Send To Friend