Exile à Paris

Exile à Paris

 

Au cours d’une entrevue à New York entre les ministres iranien et irakien des affaires étrangères décision fut prise d’expulser l’Imam Khomeini (Que DIEU sanctifie son noble secret) d'Irak.

Le deuxième jour du mois de Mehr 1357 (Hégire solaire/ Le 24 septembre 1978 de l’ère chrétienne) les forces baasistes assiégèrent la maison de l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) à Najaf. Une exaspération indescriptible se répandit rapidement chez les musulmans d’Iran, d’Irak et de plusieurs autres pays à l’annonce de cette nouvelle. Le chef de l’organe sécuritaire irakien déclara lors de leur rencontre à l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) que la poursuite de son séjour en Irak était subordonnée à son abandon de la lutte et à sa non-intervention dans la vie politique. L’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) conformément à son sentiment de responsabilité à l’égard de la Nation islamique lui répondit fermement qu’il ne demeurerait pas silencieux et que cela resterait non négociable.

Après avoir prononcé son discours devant un groupe d’étudiants sur la situation en Iran et sur la réforme américaine du Shah l’Imam Khomeini  (Que DIEU sanctifie son noble secret) quitta Najaf le 12 Mehr (Le 4 octobre) avec comme objectif de rallier la frontière du Koweït.

Sur la même ligne que le régime iranien l’Etat koweitien empêcha l’entrée de l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) sur son territoire.

Finalement après s’être concerté avec son fils Hojjat al-Islam Seyyid Ahmad Khomeini (Que DIEU lui fasse miséricorde) l’Imam Khomeini (Que DIEU sanctifie son noble secret) qui avait déjà parlé auparavant d’une immigration au Liban ou en Syrie décida d’immigrer en France. (Note : Kowsar : recueil  de discours de Hazrat Imam Khomeini (Que le Salut d’Allah soit sur lui) ; vol 1, p 434).

Il adressa un message à la Nation iranienne à l’occasion du début de l’année scolaire et arriva à Paris le 14 Mehr (Le 6 octobre). Deux jours plus tard il s’installa dans une maison de Neauphle-le-Château (Banlieue de Paris) dont le propriétaire était d’origine iranienne. 

Un fonctionnaire du Palais de l’Elysée notifia aux représentants de l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) le refus du Président de la république française de le voir participer à une quelconque activité politique.

Lors des entretiens avec les représentants de l’Etat français sur la liberté d’expression et d’action en France ils mirent eux aussi fermement en exergue le fait que de telles restrictions s’opposaient à toute prétention dite démocratique, et que si l'Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) était obligé de partir de cet aéroport vers un autre aéroport et de ce pays vers un autre pays il n’abandonnerait pour autant aucun de ses objectifs.

Valéry Giscard d’Estaing le Président de la république française de l’époque écrivit dans ses mémoires qu’un ordre d’expulsion de l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) fut émis mais que les agents politiques du Shah actuellement réduit à l’impuissance entrevirent au dernier moment la forte probabilité d’une réponse ferme et incontrôlable du peuple et se déchargèrent de toute responsabilité concernant d’éventuelles répercussions en Iran et en Europe. (Note : Le pouvoir et la vie : les mémoires du Président de la république française ; traduction Mahmoud Tolouei ; p 102)

Durant ces quatre mois de résidence de l’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) à Paris, Neauphle-le-Château devint le sujet central de l’actualité dans le monde. L’Imam (Que DIEU sanctifie son noble secret) répéta lors des nombreuses interviews et entrevues qu’il donna ses points de vue au sujet du gouvernement islamique et des objectifs de ce mouvement pour le futur des êtres humains. Dès lors de plus en plus de personnes s’attachèrent à sa pensée et rejoignirent son soulèvement et c’est de cet endroit qu’il guida la période la plus critique du mouvement en Iran. (Note : reportez-vous à : Sahife-ye Emam/ Les Feuillets de l’Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse) ; vol 3, 4, 5, 6)

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer