Le Premier ministre du Burkina Faso souligne la nécessité de suivre la voie de l'Imam Khomeini pour affronter les puissances occidentales hostiles

Le Premier ministre du Burkina Faso souligne la nécessité de suivre la voie de l'Imam Khomeini pour affronter les puissances occidentales hostiles

Le Premier ministre du Burkina Faso, Kyélem de Tambèla, qui est en visite à Téhéran, a souligné la nécessité de suivre la voie de l'Imam Khomeini afin d'affronter les puissances occidentales.
Il a fait ces remarques après avoir rendu visite au saint mausolée du défunt fondateur de la République islamique.

Lors d'une réunion avec Seyyed Hassan Khomeini, le petit-fils de l'Imam, le Premier ministre a souligné que des relations plus étroites entre les deux nations nous permettront d'affronter l'ennemi commun, l'Occident.

"C'était la voie qui a été initiée et tracée par l'Imam Khomeini", a déclaré le Premier ministre. 

Tambèla a considéré la récente attaque iranienne contre le régime sioniste comme un signe de la puissance et de l'influence grandissantes de la République islamique sur la scène mondiale.

L'Iran a mené des frappes de représailles contre les territoires occupés en réponse à l'attaque terroriste du régime israélien du 1er avril contre la section consulaire de l'ambassade de la République islamique dans la capitale syrienne, Damas.

Le Premier ministre a insisté sur la formation d'un front uni pour affronter les pays hostiles et puissants du monde. 

Pour sa part, Seyyed Hassan Khomeini a également salué le point de vue critique du Premier ministre du Burkina Faso concernant la culture occidentale.

Le petit-fils de l'Imam a dit que dès le début de la victoire de la Révolution islamique, notre insistance portait sur le fait de nous tenir sur nos propres pieds et de revivre notre identité religieuse.

"C'était parce que notre société était fortement influencée par la culture décadente de l'Occident avant la victoire de la révolution islamique", a-t-il dit.

Seyyed Hassan Khomeini a cependant indiqué que l'indépendance et la souveraineté ne signifient pas ignorer les aspects positifs de la culture des autres parties du monde.

Par ailleurs, Seyyed Hassan Khomeini a qualifié la situation actuelle de la Palestine et l'agression israélienne en cours dans la bande de Ghaza assiégée d'inacceptable, insistant sur la nécessité de prendre position et d'adopter une position ferme à ce sujet.

Le petit-fils de l'Imam a également salué les protestations en cours dans les campus universitaires américains, affirmant : "Nous devons concentrer notre attention sur les consciences claires des gens et écouter l'opinion publique mondiale."

Personne n'aurait pensé qu'un jour les voix de l'oppression humaine seraient entendues dans les universités américaines. Mais lorsque la question de l'affrontement à l'oppression et à la cruauté est soulevée, les esprits humains s'impliqueront pour affronter la situation. 

Plus de 900 arrestations ont été effectuées au cours des deux dernières semaines dans tout le pays, avec des vidéos montrant des policiers américains frappant des manifestants à coups de matraque et aspergeant les manifestants de gaz poivré.

Une revendication centrale des manifestants est d'exiger que les universités se désinvestissent d'Israël.

Le régime a tué plus de 34 500 Palestiniens dans la bande de Gaza depuis début octobre.

Le Premier ministre du Burkina Faso, Apollinaire Joachim Kyélem de Tambèla, a auparavant rencontré et tenu des pourparlers avec le président iranien Seyyed Ebrahim Raïssi en marge du 2ème Sommet international Iran-Afrique qui s'est tenu vendredi à Téhéran.

Contrairement à la propagande occidentale, l'Iran est un pays indépendant, en développement et avancé, a déclaré le Premier ministre du Burkina Faso.

Lors de cette réunion, le président a qualifié le développement des relations avec le continent africain comme l'une des priorités de la République islamique d'Iran.

Affirmant que la République islamique d'Iran poursuit les intérêts mutuels de la nation iranienne et des nations africaines dans ses interactions avec les pays africains, il a insisté sur la nécessité d'accélérer la mise en place de mécanismes pour renforcer les relations entre l'Iran et le Burkina Faso, y compris l'activation de la commission mixte des deux pays.

La République islamique d'Iran est prête à coopérer, interagir et échanger ses capacités avec les pays africains, dont le Burkina Faso, a-t-il ajouté, soulignant que le développement de ces relations profitera aux nations des deux pays.

Le Premier ministre du Burkina Faso, pour sa part, a évoqué la tentative des médias occidentaux de présenter une image fausse et déformée de la République islamique d'Iran. 

Contrairement à la propagande occidentale, l'Iran est un pays indépendant, en développement et avancé, qui mise sur l'attrait de ce pays pour développer et renforcer les relations avec lui dans tous les domaines, a-t-il affirmé.

Le Premier ministre du Burkina Faso a également insisté sur l'intérêt de son pays à étendre la coopération et l'interaction avec la République islamique d'Iran dans les domaines des communications, des mines, de l'agriculture, de l'élevage, des transports, scientifique et culturel, des connaissances et de l'énergie.

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer