Les élections du point de vue de l’imam khomeini (ra)

Les élections du point de vue de l’imam khomeini (ra)

Après la victoire de la révolution islamique sous l’orientation de l’imam Khomeini (ra), les conditions sont devenues plus favorables pour une liberté politique et pour l’application des droits de la nation.
(Les élections du point de vue de l’imam Khomeini [ra])

L’imam Khomeini (ra), considérant son expérience politique, avait souligné la nécessité de se référer sur le vote et le choix du peuple.

L’annonce du referendum :

Des mois avant la victoire de la révolution islamique et lors du séjour de l’imam Khomeini (ra) à Paris, l’une des questions qui lui étaient régulièrement posées était celle de savoir quel gouvernement il allait proposer en cas de chute du régime du shah. L’imam répondait que la « République islamique » serait le système qu’il proposerait, et il ajoutait que cela allait également dépendre du peuple.

Il disait :  

« À propos du régime et du gouvernement, nous proposons la République islamique. Comme notre nation est une nation musulmane et nous considère comme ses serviteurs, nous supposerons qu’elle votera et choisira notre proposition. Nous formerons une République islamique par le biais d’un referendum. » (Sahifeh Imam, vol. 4, P. 332)

En répondant à un journaliste du magazine en langue arabe Al-Mustaqbal, qui l’avait demandé si ce qu’il voulait dire concernant le gouvernement islamique était le califat islamique, l’imam avait dit :

« Notre gouvernement islamique sera inspiré de la pratique et des enseignements du Messager de Dieu (saw) et de l’Imam Ali (as) et s’appuiera sur le vote du peuple. La forme du gouvernement sera déterminée par le vote du peuple. » (Ibid, P. 334)

L’un des points importants dans les déclarations de l’imam Khomeini (ra) à cette époque, était que de son point de vue, le peuple, fondamentalement, ne commettrait pas d’erreur dans la détermination de son destin s’il est libre et si les conditions sont appropriées :

« Notre programme, c’est de nous référer au referendum et au vote du peuple. Confions le choix au peuple… quand le peuple se sent libre, il choisit la bonne personne (un peuple libre effectue le meilleur choix) … » (Ibid, vol. 5, P. 322-323)

Les élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra) 

Fournir les conditions favorables :

L’un des sujets qui ont aussi été soulignés dans les déclarations de l’imam Khomeini (ra) est celui de la nécessité de fournir les conditions appropriées pour la tenue des élections libres. Et c’est ce qui ressort de sa réponse à la question sur son programme gouvernemental. L’imam répondant à cette question avait déclaré : « À la première occasion, nous vous présenterons notre programme. Cependant, le plus important devoir du futur gouvernement est d’organiser rapidement les élections ou de fournir rapidement les conditions pour une tenue des élections libres. Tels que la liberté de la presse au sens propre et la sensibilisation de la population et… » (Ibid, P. 333)

En plus, l’imam Khomeini (ra) avait aussi souligné que contrairement aux élections mandatées de l’époque du régime pahlavi, l’influence de certains individus et groupes particuliers devrait être stoppée :

« L’un des principaux devoirs les plus importants de ceux qui prendront en charge les affaires après la chute du shah serait de fournir les conditions nécessaires et appropriées pour la tenue des élections libres, loin de toute influence de classe ou de groupe. » (ibid, P. 382)

Les élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra)

La liberté du peuple dans les élections :

La liberté du peuple dans les élections était l’une des recommandations importantes et fondamentales de l’imam Khomeini (ra) et qui ont été soulignées presque dans toutes les élections :

« Comme je l’ai dit à maintes reprises, le peuple est libre dans les élections. Personne n’a le droit d’imposer une personne ou un groupe au peuple. La société islamique iranienne, qui avec sa sagesse et sa croissance politique a accepté la République islamique et ses valeurs élevées ainsi que la souveraineté des lois divines, et est restée fidèle à cette grande allégeance et alliance, a la capacité de choisir le bon candidat. En fait, la consultation à propos des affaires fait partie des recommandations de l’islam. Le peuple consulte les personnes en qui il a confiance. Et les individus, les groupes et les savants dans la limite des avertissements d’avant les élections peuvent désigner des candidats dans leurs circonscriptions respectives. Cependant, personne ne devrait s’attendre que les autres restent silencieux et ne se manifestent pas. » (ibid, vol. 21, P. 10)

Les élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra)

Le devoir et la participation de tout le monde :

La première recommandation de l’imam Khomeini (ra) au peuple à cet égard, est que le peuple doit croire en l’importance et à la nécessité de sa présence et de sa participation. Car, contrairement au passé, cette participation a un impact considérable sur le résultat réel des élections et n’est pas une simple formalité. Par conséquent, la participation de toutes les classes de la société dans les élections est un devoir divin :

« Aujourd’hui n’est pas comme hier. Dans le passé, vous n’aviez pas le pouvoir. Aujourd’hui, vous avez la force et le pouvoir de préserver et de défendre l’islam ainsi que votre indépendance et les intérêts du pays…

Aujourd’hui, toutes les classes sociales du pays ont une responsabilité… aujourd’hui est différent d’hier où vous disiez que vous n’aviez pas le pouvoir et que vous ne pouviez pas. Vous pouvez aujourd’hui. Le pouvoir est entre les mains de la nation et du peuple. » (ibid, vol. 12, P.182-184)

L’imam Khomeini (ra) considérait communément l’ingérence et la participation du peuple dans les affaires politique comme un devoir religieux.

« Ne dites pas que les autres votes. Moi aussi je dois voter, toi aussi tu dois voter, ce paysan qui travaille dans son champ doit aussi voter. C’est un devoir, c’est un devoir religieux et divin… nous avons le devon d’intervenir dans les affaires. Nous avons le devoir de participer dans les affaires politiques. Je suis légalement obligé. » (ibid, vol. 15, P.15-18)

Les élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra)

La participation des femmes :

L’un des changements majeurs qui se sont produits sur la scène politique iranienne après la victoire de la révolution islamique est la participation des femmes dans toutes les scènes importantes de la politique telles que les élections. Sans aucun doute, l’accent mis sur la participation des femmes après celui sur la nécessité de fournir des conditions appropriées pour la tenue des élections et sur la nécessité de respecter les règles fait partie des facteurs fondamentaux qui ont contribué à ce changement capital et positif. En guise d’exemple, l’imam a déclaré à cet égard,

« Vous devez participer et intervenir sur toutes les scènes autant que l’islam le permet, comme dans l’élection qui est concrète aujourd’hui, qui doit se tenir et qui est à l’ordre du jour en Iran. Les femmes doivent aussi y participer et être actives au même titre que les hommes. Le destin de l’Iran est celui de tout le monde…, car les affaires politiques n’appartiennent pas à une classe tout comme la science et la connaissance n’appartiennent pas à une classe. » (ibid, vol. 18, P.403-404)

Les élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra)

Le respect des coutumes et des rites islamiques :   

Une des autres recommandations de l’imam Khomeini (ra) concernant les élections concerne l’observation des lois et des règles islamiques dans la tenue des élections. À cet égard, il a dit :

« J’appelle toutes les classes et toute la nation à observer leurs coutumes islamiques dans tous les domaines, surtout dans les élections. Ne vous imaginez pas que faire campagne c’est dire du mal des autres. » (ibid, vol. 12, P. 151-152)

Les campagnes électorales :

Dans de nombreux pays aujourd’hui, les campagnes électorales font partie des priorités les plus importantes des partis politiques, des groupes et des politiciens et des sommes énormes y sont engagés et dépensés. En effet, pendant des mois avant la tenue des élections, les partis politiques fournissent d’énormes efforts à travers les médias de masse et en utilisant différentes méthodes scientifiques afin d’obtenir les votes et les voix du peuple. » L’imam Khomeini (ra) avait donné des directives et des instructions à cet égard, parmi lesquelles :

-         Le respect de la morale et de la coutume islamique :

Le premier conseil de l’imam Khomeini (ra) à cet égard, est le respect de la morale et de la coutume islamique, ce qui signifie éviter toute forme d’action illégale et non islamique dans les campagnes électorales.

« J’attends des candidats et de leurs partisans qu’ils respectent la morale islamique et humaine dans leurs campagnes et évitent toute forme de critique contre l’adversaire qui pourrait provoquer la discorde. Que ce soit pour promouvoir un but islamique, commettre ou poser un acte contraire à la morale et à la culture n’est pas permis et ce n’est pas islamique… Je souhaite vivement que les groupes engagés et qui servent la cause de la République islamique, gardent leurs sang-froid, soient complètement sereins dans les campagnes électorales, soient fraternels l’un vers l’autre, se comprennent et évitent la division et les querelles qui inquiètent nos alliés, rendent les ennemis heureux et sont sources de mauvaises propagandes. » (ibid, vol. 12, P. 12)

-         Ne pas insulter les autres :

Un autre conseil important de l’imam Khomeini (ra) aux différents groupes et individus engagés dans la campagne électorale est de ne pas insulter les autres et de ne pas calomnier, car cela fait partie des péchés majeurs.

« On attend parfois que certains candidats dans leurs campagnes sapent et insultent les autres. À cet égard, je dois souligner qu’aujourd’hui, une telle façon de faire, surtout de la part de tels candidats, est dangereuse pour l’islam et pour la République islamique… » (ibid, vol. 17, P.133-134)

Il avait également souligné ailleurs,

« Aucune autorité, parti politique, groupe ou individu n’a le droit d’insulter les autres qui ne sont pas d’accord avec eux, ou, à Dieu ne plaise, de porter atteinte à leur personnalité, bien que chacun a le droit de faire la campagne pour soi-même ou pour son candidat, personne ne peut priver l’autre de ce droit. Bien sûr, la campagne électorale doit être conforme aux réglementations gouvernementales. » (ibid, vol. 18, P. 337)

La nécessité de travailler pour Dieu :

Enfin, ce que l’imam Khomeini (ra) demande à tous les candidats et à leurs partisans est de ne pas oublier le but principal de leur participation aux élections et de leur campagne, car le but de tout cela devrait être la recherche de la satisfaction de Dieu.

« Celui qui veut se présenter aux élections et devenir candidat, celui qui fait la campagne de la candidature de quelqu’un, celui qui fait la campagne pour soi-même ou pour une autre personne, l’épreuve est là… . Toi, qui fais la campagne pour les élections, fais-tu cela pour toi ou pour l’islam ? Si c’est pour atteindre le parlement, que tu te présentes et veuilles un poste à l’assemblée ou au parlement, alors tu fais la campagne pour toi-même. Mais, si tu fais la campagne pour aller servir, alors tu mérites de venir servir. Si c’est le cas, alors tu le fais pour Dieu… » (ibid, vol.18, P.310-311)

Testament, la présence et la participation dans les affaires :

Il convient de noter que l’imam Khomeini (ra) dans son testament politique et religieux n’a pas oublié la question des élections et a appelé la population à être présent sur tous les fronts et scènes.  

« J’invite la chère nation iranienne à être présente sur toutes les scènes et à participer à toutes les élections, que ce soit présidentiel, parlementaire ou pour les experts, qu’elle soit sur le devant de la scène et que les personnes qu’elle choisit, soient sur la base des critères afin qu’ils aient de la crédibilité.... Les jurisconsultes, les commerçants, les cultivateurs, les fermiers, les ouvriers et les fonctionnaires, tous sont responsables du sort et du destin du pays et de l’islam, que ce soit dans les générations actuelles ou que ce soit dans les générations futures, il est possible que dans certains cas, l’absence et la tergiversation soit un péché qui soit en tête et au sommet des péchés majeurs. » (ibid, P. 421-422)

Source : l’importance des élections du point de vue de l’imam Khomeini (ra), édité par le bureau chargé de la commémoration et de la glorification de l’imam Khomeini (ra), 1386 (2007-2008).    

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer