Le destin d’un pays est entre les mains de sa population.

Le destin d’un pays est entre les mains de sa population.

La solidarité en Iran.
L'Imam Khomeini : " Le destin d’un pays est entre les mains de sa population, entre ses mains."

L'Imam Khomeini, dans une partie de son discours à Paris, souligne que si une nation n'est pas d'accord avec le gouvernement, et si le gouvernement est un gouvernement d'oppression, alors le peuple expulsera ces oppresseurs.

"En ce moment la population à partir de ce village [qui se trouve] au fin fond jusqu’aux villes [qui se trouvent] au centre [du pays] se sont soulevée sous un seul drapeau, et disent : nous ne voulons pas de ceci. Est-ce qu’il y a un référendum meilleur que-celui-ci ? [Tout] un pays est en train de dire : je ne veux pas ceci, [mais] que disent les Etats-Unis ? C’est notre propre pays, nous ne voulons pas de celui-ceci, [nous voulons] d’une autre personne. Que-celui-ci s’en aille, cela ne vous regarde en rien. Que nous choisissons nous-même [la personne] que nous voulons. Le destin d’un pays est entre les mains de sa population, entre ses mains. Nous ne voulons pas de celui-ci [le Shah] qu’il s’en aille. Nous choisirons nous même quelqu’un [à sa place]. Que notre destin soit [déterminée] selon des principes, selon les principes rationnels et des personnes raisonnables, conformément aux lois, qu’il soit entre les mains des personnes qu’il [le destin] devrait être.

De toutes les façons, le devoir que nous avons en moment que nous sommes ici et aussi vous qui êtes en dehors du pays et nous aussi, est que nous aidions les iraniens. Les iraniens se sont soulevés, ils se sont révoltés ; c’est-à-dire cela fait quinze ans qu’il y a le mouvement de révolution, mais cela fait une année qu’elle s’est intensifiée. C’est-à-dire qu’elle est en train d’agir correctement et nous sommes en ce moment en train de traverser une histoire délicate. Peut-être que l’Iran n’a pas une telle histoire, qu’il n’y pas une telle sensibilité dans l’histoire de l’Iran, de cette manière qui se présence en ce moment dans ce pays. C’est-à-dire de la manière qu’un enfant de sept – huit ans de l’école primaire manifeste et dise que nous ne voulons pas du Shah. Mort au Shah ! Un enfant de cet âge, qui soit arrêté et tué [après avoir dit ces mots]. Ils le tuent, puis un autre enfant vient et dit la même chose. Les ainés aussi disent la même. Dans ses Universités, c’est la même chose qui est répétée. Vous rendez aussi dans les écoles scientifiques, c’est [toujours] la même parole. Dans les anciennes écoles aussi, c’est toujours la même parole que dans les nouvelles écoles. De même dans les mosquées. Nous n’avons jamais vécu en Iran qu’à un moment donné concernant un sujet, qu’il ait une telle unanimité dans la parole. Non, je ne m’en souviens pas, l’histoire [aussi] ne s’en souviens pas ; Non l’histoire de l’Iran ne s’en souviens pas ; l’histoire ne se souviens dans aucun endroit qu’il ait une unanimité de parole que tout le monde dise nous ne voulons pas. Sachez que si on retirait la répression américaine, l’armée également ne voudra pas de lui ; cependant [à cause de] cette répression américaine, c’est les Etats-Unis qui se tiens derrière [cette répression]. Tous les malheurs que nous sommes en train d’endurer, c’est à cause des américains. Si on retirait cette répression, l’armée aussi ne voudra de lui. Personne ne veut de lui. C’est une telle unanimité qu’il y a en ce moment en Iran, et moi j’ai confiance à cette unanimité et au fait d’atteindre un résultat dans cette unanimité."

Ruhollah al-Musawi al-Khomeini

vous trouverez ici le texte complet de Sahife Imam Khomeini

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer