A l’occasion de l’anniversaire de naissance de L’Imam al-Hadi(p)

A l’occasion de l’anniversaire de naissance de L’Imam al-Hadi(p)

A l’occasion de l’anniversaire de naissance de L’Imam al-Hadi(p) :
Rectification des concepts et voie de droiture et de modération

Allah dit dans Son Noble Livre : ((O gens de la Maison, Allah veut seulement écarter de vous la souillure et vous purifier complètement.)) [33:33]. Parmi les Gens de la famille, on note le dixième Imam Ali Ibn Mohammad al-Hadi (p) dont l’anniversaire de naissance, qui se présente ces jours-ci, constitue une émanation scientifique et spirituelle. Comme nous l’avons toujours dit, nous avons besoin de nous représenter la vie, les paroles et les recommandations des Imams parmi les membres des Gens de la Maison Prophétique(p), car ils rapportent les Hadîths prophétiques avec fidélité absolue. Ces Hadîths sont riches en éléments utiles pour la vie et nécessaires pour empêcher toute déviance dans la procession de l’Islam.

L’Imam Ali Al-Hadi (p) n’a pas vécu longtemps. Mais tout le monde avait confiance en lui, même ceux qui détenaient le pouvoir politique pendant le califat des Abbassides. Dès qu’il se présentait dans une assemblée, toutes les personnes présentes s’élevaient pour lui en signe de respect et lui donnaient la place d’honneur le privilégiant ainsi aux notables des Bani-Hashem. La raison était son  savoir et ses connaissances abondantes dans tout ce qui concerne l’Islam et la vie. Comme pour ses pères (p), les gens s’inspiraient de la spiritualité de l’Imam Ali al-Hadi (p) que lui procurait son attachement à Allah et qui se traduisait dans son intelligence, dans son cœur et dans toute sa vie comme s’il était un esprit incarné. Il se distinguait par la droiture de sa conduite et de ses valeurs car il représentait l’Islam dans sa totalité.

Entre foi et Islam

A cette occasion, il nous faut nous rappeler de certaines des paroles de l’Imam (p) qui constituent une voie droite nécessaire à suivre pour combler le vide de nos pensées et remédier à la déviance dans nos concepts. L’Imam (p) rapporte un Hadîth prophétique qui dit : « La foi est ce qui se fixe fermement dans les cœurs et qui est corroboré par les actions. Quant à l’Islam, il est ce qui est dit par les langues et ce qui procure la légalité aux mariages ». Ce  Hadîth est semble-t-il inspiré du verset coranique qui dit : ((Les Arabes du désert disent : " Nous croyons ! ". Dis leur : " Vous ne croyez pas, mais dites plutôt : "nous avons embrassé l'Islam," car la foi n'est pas encore entrée dans vos cœurs. " Si vous obéissez à Allah et à Son Envoyé, Allah ne vous fera rien perdre de vos [bonnes] actions. Allah est pardonneur, clément)) [49:14] Ce verset parle de deux catégories de personnes ayant adopté l’Islam : Ceux qui l’ont adopté, après le triomphe de l’Islam, par ambition et par profit ; et ceux qui l’ont fait par peur -bien que l’Islam ne persécute point ceux qui ne lui avaient pas appartenu- lorsque l’Islam est devenu une grande puissance. Le Prophète (P) acceptait ces personnes pour les éloigner des polythéistes afin d’affaiblir ces derniers et de permettre aux premiers de vivre dans l’ambiance islamique dans l’espoir de les convaincre de s’y engager. Même avant le grand triomphe de l’Islam, le Prophète accueillait les polythéistes qui cherchaient abri auprès de lui pour leur fournir l’occasion d’entendre la parole d’Allah.

Il existe une partie représentée par ceux qui, comme Yasser et Soumayya, le père et la mère de Ammar, ont adopté l’Islam et l’ont vécu par leurs raisons, par leurs cœurs et par leurs vies qu’ils ont sacrifiées pour ne pas concéder quoi que ce soit de leur Islam et de leur foi. La foi n’est donc pas une attitude intellectuelle, mais un état d’être qui englobe la totalité de la personne où la raison, le sentiment et l’action participent à l’engagement qu’implique l’appartenance à la foi. Avoir la foi ou être croyant, c’est vivre la foi comme doctrine dans la raison et comme sensibilité dans le cœur. Vivre la foi c’est donner à la vie la marque de tous ses engagements. L’action fait donc partie de la foi et le croyant, qui ne s’engage pas et n’œuvre pas, est semblable à un arbre qui ne donne pas de fruits. Toute la valeur de la foi est qu’elle sensibilise et dirige la totalité de la vie. Le Coran a insisté dans beaucoup de versets sur les liens entre la foi et les bonnes actions.

Quant à l’Islam, C’est la reconnaissance par la parole et par les échanges. Il suffit pour être musulman de prononcer les deux attestations et d’appartenir à la société musulmane dont il devient l’un des membres, qu’il soit croyant ou non. Ces attestations rendent les contrats de mariage légaux. L’Imam al-Hadi (p) évoquait ce Hadîth pour les lier à la ligne du Prophète (P) en ce qui concerne les deux concepts de l’Islam et de la foi.

La raison est l’argument

En réponse à une question posée par l’un de ses compagnons du nom d’Ibn as-Sukkayt, l’Imam al-Hadi (p) a dit : « La magie régnait à l’époque où Allah a envoyé Son Prophète Moussa (p). Son miracle fut le bâton qui s’est transformé en serpent, un miracle que les magiciens de Pharaon n’ont pas pu affronter, ce miracle lui a servi d’argument, abrogeant leur magie et prouvant leur erreur. Allah a envoyé Jésus (p) à l’époque  des fléaux, où les gens comptaient sur la médecine. Son miracle fut de guérir l’aveugle et le lépreux et  de ressusciter les morts par la permission d’Allah. Ce miracle lui a servi d’argument, annulant leur art médical et prouvant leur erreur.

Allah a envoyé Mohammad à une époque où régnaient les discours oratoires et l’art de la parole (et de la poésie, selon une autre version). Son miracle fut qu’il a rapporté des paroles qui ont servi comme argument et qui ont annulé leurs arts et prouvé qu’ils étaient dans l’erreur ». Alors Ibn as-Sukkayt a dit : « Par Allah ! Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme toi. Quel est l’argument à notre époque ? ». L’Imam (p) a répondu : «  C’est la raison ; grâce à elle, on reconnaît celui qui est sincère devant Allah, elle confirme ce qu’il dit, on reconnaît celui qui ment devant Allah et elle infirme ce qu’il dit » .

L’Imam (p) s’appuyait en l’affirmant sur le Coran et la Sunna du Prophète (P) : Un Hadîth prophétique, relaté par les Sunnites et les Chiites, dit : « Lorsqu’Allah a créé la raison, Il lui a dit : ‘Avance ! Et elle a avancé. Puis il lui a dit : ‘Recule ! et elle a reculé. Alors Allah a dit : ‘Par Ma Gloire et Ma grandeur ! Je n’ai rien créé qui soit mieux que toi ! C’est à toi que j’ordonne d’agir ou de ne pas agir ; c’est par toi que Je récompense et que Je châtie ! ». La raison est donc l’argument d’Allah contre les gens et même contre ceux qui, faute d’avoir reçu de message, vivent dans l’ignorance. La raison est la devise qui doit être suivie par les gens et notamment par les musulmans. C’est par la raison qu’ils doivent résoudre leurs problèmes culturels, scientifiques et politiques au lieu de suivre leurs instincts, leurs affections et leurs sentiments.

La place des Imams (p)

L’époque de l’Imam al-Hadi (p) débordait d’extrémistes qui attribuaient aux Imams (p) une place proche de celle d’Allah. Corrompus par le déséquilibre mental ou par un élan de passion sans limite, certains d’entre eux allaient même jusqu’à leur attribuer la place d’Allah. Un transmetteur qui s’appelait Ibrahim Ibn Shayba avait écrit à l’Imam al-Hadi (p) pour lui faire part de l’existence  de personnes qui prononcent des paroles inacceptables vis-à-vis des Imams et leur attribuent certains Hadîths que les autres n’osent pas réfuter. A titre d’exemple, ils  prétendaient que le péché dont parle le Coran désigne un homme, pour eux, la prière n’est ni génuflexion ni prosternation, elle désignait le même homme et que l’aumône légale (Zakât) n’est ni biens ni argent à verser, c’est l’homme dont ils parlaient.… L’Imam (p) lui a répondu : « Ce n’est pas notre religion. Ecarte-toi donc d’eux ». Dans une autre version, il aurait répondu : « Nous sommes les successeurs et les serviteurs d’Allah. Nous ne Lui associons rien. Si nous Lui obéissons, Il nous donne Sa Miséricorde, si nous Lui désobéissons, Il nous châtie ».

C’est ce que le Coran dit : ((Dis : " En vérité je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d'un Jour terrible ".)

L’Imam al-Hadi (p) essayait de redresser les concepts et d’enseigner la droiture et la modération pour ce qui est de l’engagement dans la voie de l’Islam et des Gens de la Maison Prophétique (p), et ce dans le but d’éloigner les musulmans de l’extrémisme et de l’exagération qui les écartent du vrai Islam et de sa droiture. Notre rapport aux Imams (p) doit être celui qui nous permet de redresser nos concepts. Les Imams (p) ont fixé le droit chemin lorsqu’ils nous ont dit : « Comparez tout Hadîth, qu’il soit relaté par une personne bienveillante ou malveillante au Livre d’Allah, prenez-en ce qui est compatible au Livre d’Allah, quant à ce qui est incompatible au Livre d’Allah, évitez-le »

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer