Est-ce que le massacre des pèlerins à la Mecque n’était pas intentionnel et préparer en avance ?

Est-ce que le massacre des pèlerins à la Mecque n’était pas intentionnel et préparer en avance ?

Il semble que l’évènement du vendredi noir à la Mecque n’était pas un accident. Apparemment, les autorités Saoudiens avaient prévu bien en avance cet événement. Pour mettre en exergue cette déclaration, nous allons nous servir seulement de certains indices qui peuvent être cités comme preuves dans beaucoup d’autres cas similaires :

1.       Le cinquième jour du mois de Dhul-Hijja (une journée avant l’événement, c’est-à-dire entre fin juillet et début Août de l’année 1987), les hôpitaux et les institutions sanitaires saoudiennes ont annoncé qu’aucun soin ne sera accordé aux ressortissants iraniens le 6 Dhul-Hijja.

2.       Une heure avant le début de la marche, les entrées du bâtiment réservé aux pèlerins jordaniens et palestiniens ont été fermées et personne n’avait le droit de sortir ni d’entrer.

3.       La surface des terrasses des immeubles qui étaient situés du côté gauche des marcheurs, était remplie de capsules vides, de pierres, de briques, et des outils défectueux qui étaient jetés vers les pèlerins le long du croissement. Certains propriétaires de ces maisons étaient dotés d’outils qui avaient été déposés sur leurs terrasses plusieurs jours avant par le gouvernement saoudien.

4.       Le positionnement de la police qui, contrairement aux années antérieures, ne s’était pas positionnée sur les deux côtés de la route. Ils étaient alignés à l’extrémité du chemin des pèlerins. Aussi, la présence des autorités de la police derrière les forces de police, contrairement aux années précédentes où ils se positionnaient à 100 m devant leurs trompes.

5.       Les années précédentes, ils essayaient de créer des barrières physiques pour dénouer les rangs des marcheurs en stoppant les véhicules de transports sur la voie de la marche. Mais cette année-là, ils avaient interdit de stopper les véhicules sur toute la voie où la marche devait être effectuée et avaient évité les véhicules de s’approcher de la route de la mosquée Malek jusqu’au carrefour du boulevard Abdullah bin Zubair.

6.       Les années antérieures, les officiers de la police étaient présents dans les rangs afin d’empêcher la distribution des brochures. Mais, cette année-là, aucun d’eux n’était entre les rangs et ils redressaient les rangs à coup de matraques.

Ces cas sont quelques-uns des preuves qui montrent que le massacre des pèlerins à la Mecque avait été soigneusement planifié et réalisé dans la plus grande cruauté et sévérité.       

          

 

 

          

Send To Friend