L'Union des parlements islamiques souligne l'importance de la cause palestinienne

L'Union des parlements islamiques souligne l'importance de la cause palestinienne

Le Comité sur la Palestine de l'Union des Parlements islamiques a souligné l'importance de la cause palestinienne et d'Al Qods Al-Charif pour la Oummah islamique, notamment concernant le droit du peuple palestinien à l'autodétermination et l'établissement d'un Etat indépendant avec Al Qods comme capitale.

La réunion urgente du comité permanent pour la Palestine de l'Union parlementaire des pays membres de l'Organisation de Coopération islamique(OCI) a été tenue lundi 14 mai à Téhéran.

Les participants à la réunion, dans une déclaration en soulignant les principes et les objectifs de la Charte de l'OCI et le statut de l'Union des parlements islamiques, ont confirmé leur engagement envers toutes décisions prises par l'Union sur la Palestine.

Ils ont également insisté sur l'importance de la cause palestinienne pour la Oummah islamique, particulièrement en ce qui concerne le droit du peuple palestinien à l'autodétermination et à l'établissement d'un Etat indépendant avec Al Qods comme capitale, et le droit du retour selon la résolution 194 de l'Assemblée générale des Nations Unis. 

La déclaration décrit la décision américaine de transférer l'ambassade américaine à Al Qods comme une attaque flagrante et une violation du droit international, dénoncée par la plupart des organisations internationales, en particulier les Nations Unies et les parlements internationaux.

En plus, la déclaration a salué la position des parlements internationaux publiée à Genève le 27 mars 2018, rejetant la décision de Trump comme une décision nulle et à l'encontre des droits internationaux.

Elle a également rejeté toutes les tentatives visant à normaliser des liens avec le régime sioniste et a appelé à empêcher le régime d'abuser de la situation actuelle et de la tourmente actuelle dans la région du Moyen-Orient. 

Les délégations d'Algérie, Azerbaïdjan, Burkina Faso, Tchad, Guinée-Bissau, Iran, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Mali, Mozambique, Palestine, Qatar, Sénégal, Soudan, Syrie, Turquie et Ouganda ont signé la déclaration.

Le président français Emmanuel Macron a «condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants» palestiniens à Gaza, lundi soir lors d'entretiens téléphoniques avec le président palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II, selon un communiqué de l'Elysée.

M. Macron a également réaffirmé auprès de ses interlocuteurs «la désapprobation de la France» à l’encontre de la décision américaine d’ouvrir une ambassade à Al-Qods.

L'Allemagne, le Royaume Uni, la Turquie, le Pakistan, l'Indonésie, la Malaisie, l'Amnesty international ont également condamné les violences sionistes contre les Palestiniens. 

irna

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer