La Dame bénie de l’Iran

La Dame bénie de l’Iran

La respectueuse épouse de l'Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse), Dame Khadije Saqafi, est née en l’an 1292 de l’Hégire solaire (1913 J.C) à Téhéran, dans une famille littéraire et intellectuelle. Son père défunt Ayatollah Mirza Muhammad Saqafi, auteur du livre sur l’exégèse du Saint Coran intitulé "Esprit éternel", figurait parmi les savants avant-gardistes et éclairés de Téhéran.

La respectueuse épouse de l'Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse), Madame Khadije Saqafi, est née en l’an 1292 de l’Hégire solaire (1913 J.C) à Téhéran, dans une famille littéraire et intellectuelle. Son père défunt Ayatollah Mirza Muhammad Saqafi, auteur du livre sur l’exégèse du Saint Coran intitulé "Esprit éternel", figurait parmi les savants avant-gardistes et éclairés de Téhéran. Il faisait partie des étudiants du défunt Grand Ayatollah Haeri Yazdi. Son grand-père Mirza Abul Fazl Tehrani faisait lui aussi partie des grands érudits de son époque, et était l’auteur du fameux ouvrage qui détaille l’invocation de Achura intitulé "Shifa al-Sudur" (La Guérison des âmes).  

 

Madame Khadije Saqafi était intelligente, férue de sciences et d’apprentissage, avait du talent, une mémoire extraordinaire, et possédait la mémorisation dans l’étude de la théologie islamique. Elle avait suivi des études classiques dans les lycées nouvellement établis et du premier rang de son époque. Elle avait appris la langue française à l’école, et la langue arabe auprès de l’Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse). L’épouse de l’Imam maitrisait la littérature persane et la poésie, les Ghazaliat de Hafez (Poèmes lyriques de Hafez (Poète, philosophe et mystique persan)), le Boustân (Le verger) et le Golestân (Le Jardin des roses) de Saadi (Livres de poésie du poète humaniste Saadi du 13ème siècle de l’ère chrétienne)), le Panchatantra (Le livre d’instruction en cinq parties), et d'autres œuvres littéraires, et un grand nombre de ces poèmes sont restés gravés jusqu’à la fin de sa vie dans sa mémoire.

La Dame bénie de l’Iran après son mariage, avait aussi suivi quinze années durant des cours de théologie auprès de l'Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse). Considérée comme Dame révolutionnaire mais aussi comme la Dame bénie de l’Iran, elle ne s’était attachée ni à sa position privilégiée ni à ses distinctions au moment du décès et de la disparition de l'Imam Khomeini, ce compagnon de toujours qui était aussi son soutien céleste, grâce au fort caractère et à l’esprit indépendant qui la caractérisaient, mais elle s’en était plutôt retournée vivre auprès de sa famille, et de ses enfants.

Elle est décédée le 1er Farvardin 1388 de l’Hégire solaire (Le 21 mars 2009 J.C) après des années de vie commune avec son vieux compagnon (Soixante années), et son corps a été inhumé à côté de la tombe de l'Imam Khomeini (Que DIEU le bénisse).  

Send To Friend