Ayatollah Khamenei: « Les terroristes de l’OMK vivent librement dans les pays européens soi-disant défenseurs des droits de l'homme, dont la France »

Ayatollah Khamenei: « Les terroristes de l’OMK vivent librement dans les pays européens soi-disant défenseurs des droits de l'homme, dont la France »

Lors d'une réunion avec des membres du pouvoir judiciaire à l'occasion de l'anniversaire de l'assassinat du chef du pouvoir judiciaire de l'époque, Shahid Beheshti, et de 72 de ses collègues, perpétré par des terroristes de l’OMK, L’Ayatollah Khamenei a fait remarquer : « les terroristes de l’OMK ont commis un crime odieux en assassinant Shahid Beheshti et 72 autres, et ont même avoué eux-mêmes ce meurtre, mais aujourd'hui ils vivent et se déplacent librement dans les pays européens soi-disant défenseurs des droits de l'homme, dont la France, qui soutiennent le groupuscule terroriste de l’OMK, et leur accordent même des tribunes jusque dans leur Assemblée Nationale ».

Évoquant le grand rôle du martyr Beheshti dans la Révolution et la mise en place du système judiciaire du pays, Son Éminence a déclaré : « Le pays et la nation sont grandement redevables au martyr Beheshti en raison de la mise en place par lui d'un système de justice islamique. »

En énumérant les traits saillants du martyr Beheshti, l'Ayatollah Khamenei l'a décrit comme un érudit à la fois intellectuel et théoricien. À son sujet, il a précisé : « Le défunt martyr Beheshti était vraiment un personnage remarquable et distingué. Il était un révolutionnaire fervent. Il croyait du fond du cœur aux principes de la Révolution. Le défunt martyr Beheshti était vraiment attaché aux principes de la Révolution et aux fondements posés par l'Imam Khomeiny (que Dieu soit satisfait de lui). De plus, il a été l'une des piliers essentiels dans la préparation de la Constitution. En d'autres termes, ce grand personnage doit être apprécié et honoré comme il le mérite. »

Se référant à l'anniversaire du martyre de ce grand personnage, l'Ayatollah Khamenei a déclaré : « Par un jour pareil (28 juin 1981), les terroristes de l’OMK ont commis un grand crime odieux contre la nation iranienne, en assassinant cette figure éminente, saillante et prestigieuse (Shahid Beheshti) et 72 autres haut responsable de ce pays ; pourtant, ces assassins qui ont avoué eux-mêmes ces meurtres, et dont l’aveu est disponible, vivent et se déplacent librement aujourd'hui dans les pays soi-disant défenseurs des droits de l'homme, dont la France et d’autres pays européens. Cependant, le gouvernement français et certains autres gouvernements n’ont pas honte de leur donner refuge, de les soutenir et de leur accorder des tribunes jusque dans leur Assemblée nationale, et se permettent toujours de parler des droits de l'homme. Une telle effronterie de la part des Occidentaux est vraiment étonnante et extraordinaire. »

L'Ayatollah Khamenei a remercié les efforts de Hudjat-ul-Islam Raiisi, chef du pouvoir judiciaire, et a décrit les mesures qu'il a prises comme un exemple de mouvement révolutionnaire motivé. Il a déclaré que ces mesures ont suscité les espoirs de la population envers le pouvoir judiciaire : « La confiance du peuple envers les organisations actives dans la République islamique est une grande ressource sociale. »

Faisant référence aux bons développements dans le système judiciaire, l'Imam Khamenei a donné un conseil aux responsables du système judiciaire : « Le plan de transformation du système judiciaire est un bon et solide plan. Ce plan est susceptible d'être mis en œuvre et ce n'est pas seulement un slogan ou quelque chose pour garder les apparences. Vous devez procéder selon ce plan. »

Le Guide suprême de la Révolution islamique a également estimé que la lutte contre la corruption menée au sein du système judiciaire était très nécessaire et qu'il s'agissait d'une tâche hautement prioritaire pour le pouvoir judiciaire. En se référant aux élections présidentielles, il les a décrites comme épiques au vrai sens du terme. Il a déclaré que les efforts des ennemis pour nier la grandeur des élections étaient vains : « Les analystes qui ont travaillé sur cette élection comprennent ce qui s'est passé. Où dans le monde est-il courant que toutes les machines de propagande opposées – les plus actives et influentes – fassent tout leur possible pour intimider les gens afin de les décourager de participer aux élections ? Les médias américains et anglais, ainsi que les médias de certains pays réactionnaires et infâmes, ont concentré tous leurs efforts sur nos élections. Leurs propres agents ainsi que quelques individus iraniens traîtres qui vivent sous le drapeau américain ou le drapeau anglais et qui sont nourris par eux, ont commencé leur travail il y a plusieurs mois à la radio, à la télévision, sur les chaînes satellite et sur Internet. Il n'y en avait pas qu'un et deux. Il y en avait des centaines voire des milliers qui ont essayé d’éloigner le peuple des élections. »

Tout en affirmant que le Conseil des Gardiens a agi conformément à la religion et à la loi, l'Ayatollah Khamenei a fait référence aux tentatives faites par les médias opposés pour décevoir les gens de se rendre aux urnes, « Eh bien, malgré de tels efforts, les gens viennent et participent comme ça. Malgré la pandémie du Coronavirus – les experts estiment maintenant qu'au moins 10 % de ceux qui n'ont pas participé se sont abstenus de voter à cause du Corona – les gens ont quand même participé, se sont alignés tôt le matin et ont voté. C'était un coup dur porté par le peuple aux ennemis et à ceux qui essayaient de boycotter les élections. »

Le Guide suprême de la Révolution islamique a qualifié les élections américaines de « scandale électorale » et a déclaré : « Ces mêmes scandaleux se permettent de critiquer nos élections. Un responsable américain a commenté les élections iraniennes. Malgré leur propre scandale, qui est toujours devant eux, ils ont repris la parole après plusieurs mois et parlent contre nos élections. Mais avec leur situation et le scandale qu'ils ont créé, ils ne devraient même pas dire un mot sur nos élections. »

A la fin de ses déclarations, l'Imam Khamenei a abordé le comportement des responsables après les élections, le décrivant comme un signe de calme et de tranquillité dans le pays, « Le fait que les candidats qui n'ont pas gagné aient félicité celui qui a gagné est un bon signe. C'est une autre bénédiction divine. Comparez cela avec le comportement des Américains après les élections lorsqu'un de leurs candidats s'est comporté de manière très inappropriée envers celui qui avait gagné. Vous vous souvenez de ses propos et de ses remarques. Regardez dans quelle situation ils se trouvaient il y a à peine quelques mois. »

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer