L’ATTAQUE TERRORISTE DE LA VILLE DE TEHERAN

L’ATTAQUE TERRORISTE DE LA VILLE DE TEHERAN

Le 28 juin 1981, sous l’effet de l’explosion d’une bombe puissante dans la salle de réunion du parti de la république islamique, l’Ayatollah Seyyed Mohammad Hosseini Beheshti, le président de la cour suprême de la république islamique d’Iran de l’époque, ainsi que des dizaines de personnalités importantes de la scène politique et religieuse iranienne, tombaient martyr. Cette attaque fut attribuée à l’organisation terroriste et hypocrite "Mojahedin Khalq".

Les facteurs et les cause de cette catastrophe :

Le facteur principal de la catastrophe du 28 juin 1981, était le fait pour les Etats-Unis de se considérer supérieur par rapport au reste du monde. En réalité, lorsqu’ils n’ont pas pu empêcher la victoire de la révolution islamique, ils s’étaient lancés dans des conspirations contre la république islamique. Vraisemblablement, tous leurs plans comme l'opération militaire qui avait connu un échec dans le désert "Tabas", le coup d'état de Nojah, l’attaque militaire de Saddam Hussein et… avaient essuyé un échec pitoyable. 

A l’intérieur du pays, avec la ratification de la constitution de la république islamique, les principaux fondements du système stable et l’assemblée consultative islamique étaient tombés dans les mains des forces nobles révolutionnaires et religieuses. L’armée était devenue plus forte et le parti de la république islamique était devenu actif sur la scène de la politique nationale. Dans de telles conditions où les petits groupes internes avaient été rejetés par le peuple et les autorités et où extérieurement, le système islamique était devenu cohérent et puissant, tous les regards et toutes les haines s’étaient tournés vers le parti de république islamique et surtout vers son secrétaire, l’Ayatollah Beheshti. Raison pour laquelle, lui et certains membres influents du parti dont la plupart étaient des parlementaires, avaient été pris pour cible.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de l’attentat terroriste contre le siège de la république islamique, parmi lesquels nous pouvons citer :

1.       La destitution de Bani Sadr de la présidence ;

2.       Le mouvement armé des hypocrites ;

3.       L’infiltration et l’influence des hypocrites dans les institutions, les partis et les organes religieux et révolutionnaires ;

4.       La brièveté dans la protection des autorités et des personnalités du système ;

5.       Les effets des propagandes malveillantes et la censure intellectuelle sur les membres et partisans des petits groupes combattants ;

6.       La détermination, la privauté, l’intransigeance des autorités et des personnalités fidèles à la vision de l’Imam Khomeini ;

7.        Les victoires iraniennes dans la guerre imposée ;

8.        Le succès de la vision de l’Imam sur la scène de la politique nationale.

Send To Friend

COMMENTS

Write a comment or question
Prénom:
*  
Commentaire :
*  
Captcha:
Envoyer