La personnalité de Fatemeh Zahra(SA)

La personnalité de Fatemeh Zahra(SA)

L’Emir des croyants, Hazrate Ali(AS), déclara au sujet de Hazrate Zahra(SA), «ما اغضبنى و لا خرج من امرى»(Behar ol anvar volume 43 p.134)

Fatemeh ne m’a jamais mis en colère et ne m’a jamais désobéi. Fatemeh Zahra à la maison, est une épouse et une femme, comme le veut l’islam. Dans le domaine de la science religieuse, elle est celle qui a prononcé ce discours célèbre dans la mosquée de Médine, après la disparition du Prophète(SAWA). Un discours qui selon l’Allameh Madjlessi, doit être étudié au niveau du fond et de la forme, et doit être l’objet d’études approfondies. Un discours de près d’une heure, qui rappelle les plus hauts sommets du Nahjol Balagheh. Que dire de l’éloquence de Fatemeh, de sa grande spiritualité, de sa sagesse, de ses enfants, de son combat, de son comportement en tant que fille, épouse et mère? de sa générosité envers les pauvres, quand elle offrit la peau sur laquelle dormaient ses deux fils, Hassan et Hossein, à un pauvre que lui avait envoyé le Prophète(SAWA)?
Fatemeh est un modèle pour les femmes musulmanes, qui doivent travailler dans l’acquisition de la science et dans le domaine de l’initiation spirituelle et morale, qui doivent lutter et ne pas se laisser prendre par le luxe et les richesses, qui doivent repousser les regards concupiscents par leur vertu et leur pureté, et être un refuge pour leur mari et leur famille, qui doivent éduquer des enfants de valeur, grâce à leur gentillesse et leur perspicacité, former des adultes sains d’esprit et équilibrés qui constitueront la société de demain. La mère est la mieux placée pour former et éduquer, si un scientifique réussit à trouver un moyen pour aller dans l’espace ou à inventer le plus compliqué des appareils, cela n’aura jamais la valeur que représente un être équilibré et valeureux, fruit des efforts d’une mère présente et responsable.
Extrait du discours du Guide suprême de la Révolution lors d’une rencontre avec les femmes à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Fatemeh Zahra(SA) et de la journée de la femme.
La personnalité de Fatemeh Zahra selon l’Ayatollah Khomeiny: Hazrate Zahra était douée de toutes les qualités qui peuvent exister chez une femme et un homme. C’était une femme exceptionnelle, d’une grande spiritualité et d’une grande humanité, mais une femme «céleste» descendue dans ce monde, dans une réalisation parfaite de ce que peut être une femme et un être humain. Elle possédait toutes les qualités des Prophètes, et aurait été Prophète à la place du Prophète(SAWA) si elle avait été un homme. C’est elle qui a réussi à s’élever à un tel niveau spirituel, grâce à l’aide divine et grâce à l’éducation qu’elle a reçue du Prophète(SAWA), qu’aucun être ne pourra jamais l’atteindre.
Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah Khamenei, quant à lui, a déclaré que le cœur de cette femme unique était en relation avec le monde de l’invisible et les anges. «Cette femme a soutenu l’Imam Ali(AS) et la wilayat de toutes ses forces. L’Allameh Madjlessi a écrit: «Les spécialistes de rhétorique arabe ont été émerveillés par la beauté du discours d’ Hazrate Fatemeh(SA) dans la mosquée de Médine, quand elle se rendit le cœur plein de tristesse dans la mosquée, et sans aucune préparation, et fit ce discours d’une telle sagesse et d’une telle luminosité, offrant tout ce qu’elle avait à Dieu, dans la voie de la défense de la wilayat.»
Soleiman Ketabi, écrivain et poète libanais, est l’auteur d’un livre sur Fatemeh Zahra(فاطمة‏الزهراء وَتَرٌ فی عَمَدٍ ), écrit: «Fatemeh Zahra(SA) a un rang qui ne peut s’inscrire dans les textes historiques ou une simple biographie. Il suffit de savoir qu’elle est la fille du Prophète(SAWA), la femme de l’Imam Ali et la mère de Hassan et Hossein, et la meilleure des femmes du monde.» Dans une autre partie de son livre, il écrit: «La véritable force n’est pas la force physique ou celle du pouvoir. La force véritable vient de la réflexion, de la raison et de la sagesse. Une force qui peut changer le cours des choses et des événements comme l’a fait Hazrate Zahra(SA) qui a fait profiter à tous de sa lumière, malgré ses faibles et maigres bras.
Le maître Tofigh Abou Ali: chercheur et écrivain égyptien, dans son livre sur Fatemeh Zahra, déclare: «Fatemeh Zahra fait partie de ceux qui ont construit l’Histoire. Il lui suffit d’être la fille du Prophète(SAWA), la femme de l’Imam Ali(AS), la mère de Hassan et Hossein(AS), et le refuge du Prophète(SAWA). C’est elle qui attire des millions de gens et qui mérite notre vénération, en tant que «mère de son père», comme l’a présentée le Prophète, qui a exigé qu’elle soit respectée.
Le maître Abdol Zahar, auteur d’un livre sur la personnalité d’Hazrate Zahra(SA), écrit: «Si nous voulons parler d’Hazrate Zahra, nous pensons aux multiples dimensions de cette personnalité islamique, dans sa relation avec son mari, Hazrate Ali(AS), qui est le symbole d’une relation appréciée par le créateur, et dans ses positions courageuses après la disparition du Prophète(SAWA) qui montrent les devoirs et les responsabilités d’une femme musulmane. C’est dans ces conditions que nous pouvons parler de la personnalité de Fatemeh.
Mahmoud Abbas Mahmoud Aghad, écrit: «Dans chaque religion nous avons un symbole de femme exemplaire, qui est un signe de Dieu et respecté par les adeptes de cette religion. Dans le christianisme c’est la Vierge Marie et en Islam la personne lumineuse et bienfaitrice d’Hazrate Zahra(SA)».
Le professeur Ali Ebrahim Hassan, dans sa présentation de la personnalité d’Hazrate Fatemeh, écrit: «La vie de Hazrate Fatemeh(SA) est remplie d’événements historiques qui prouvent sa grandeur. Elle ne possède pas comme Bergheis ou Cléopâtre, un pouvoir, une richesse ou une beauté physique exceptionnelle mais est celle qui a pu étendre la sagesse et la grandeur dans la création. Une sagesse qui ne dépend pas de quelques livres ou philosophies, mais qui vient d’une grande expérience de la vie, et du plus profond de son être et de son esprit.
L’Ayatollah Seyed Kazem Ghazvini, dans le livre intitulé فاطمة‏الزهراء من المهد الی اللحد, écrit: «Fatemeh est la seule femme qui a reconnu dans sa féminité, une manifestation du pouvoir du créateur et un moyen d’innover. Dieu a créé en Mohamad(SAWA) le symbole de son pouvoir parmi les autres Prophètes, et en sa fille, Hazrate Fatemeh, un symbole de pouvoir au féminin. C’est à Fatemeh Zahra que Dieu a donné le maximum de beauté et de grandeur, et un rang qu’aucune femme ne pourra atteindre. Le Prophète(SAWA) en a annoncé la grandeur, l’Emir des croyants Hazrate Ali l’a contemplée et les partisans de l’école des Ahl-ul-Bayt(AS) la respectent et la vénèrent.
L’Allameh Cheikh Savi Chahlan écrit: «Fatemeh est un modèle pour toutes les femmes du monde, qui brille comme un astre dans le ciel de l’existence.»
Ayeche, la fille du premier calife, dans sa description d’Hazrate Zahra déclare: «Personne ne ressemblait plus au Prophète(SAWA) qu’elle, dans sa façon de vivre et de parler. Quand elle entrait dans la pièce où se trouvait le Prophète(SAWA), il se levait et lui baisait la main, et la faisait s’asseoir auprès de lui.
Allameh Seyed Sharif-o-din, auteur du livre Al Morajehat, faisant allusion au discours célèbre de Hazrate Fatemeh, déclare: «Hazrate Zahra était d’une grande éloquence et d’une grande raison, comme le montrent ses deux discours», et comme il conseillait la mémorisation du saint Coran, Sharif-o-din conseillait aussi la mémorisation de ces discours.
Le martyr Mottahari, faisant allusion à la grandeur de Fatemeh Zahra, écrit: «Dans l’histoire de l’islam, il y a beaucoup de personnalités féminines, mais aucun homme n’est arrivé au rang de Fatemeh, sinon le Prophète lui-même, et Hazrate Ali(AS). Hazrate Zahra dépasse ses propres enfants qui sont les futurs Imams, et tous les Prophètes excepté son père, le dernier et le sceau des Prophètes.
L’Ayatollah Ebrahim Amini, dans la préface de son livre «Fatemeh, une femme exemplaire en islam», écrit: «Hazrate Zahra(SA) sans aucun doute, est supérieure à toutes les autres femmes. Elle est la seule femme dont le père était infaillible ainsi que le mari et elle-même. Son lieu d’éducation est un lieu de perfection absolue, elle a passé son enfance auprès du Prophète et sous la conduite divine, et sa vie adulte auprès de l’Emir des croyants, et a mis au monde deux enfants parfaits, Hassan et Hossein, et deux personnalités d’un courage exemplaire comme Zeinabe et Om Kulsum. Leur maison était sans aucun doute le symbole d’une vie islamique dans le respect des prescriptions coraniques.»
Seyed Dja’far Chahidi, dans les premières pages de son livre consacré à Hazrate Fatemeh, écrit: «Son nom Fatemeh, vient dans la langue arabe, d’une racine qui signifie ce qui coupe divise, sépare, et a le sens de ce qui est coupé et séparé. De quoi a été séparée Fatemeh? Dans les livres chiites et sunnites, nous voyons le Prophète dire: «Elle a été nommée Fatemeh car elle est avec les chiites coupée du feu de l’enfer. Elle fut éduquée dans la Demeure prophétique où descendaient les anges et la Révélation coranique, par le Prophète de l’islam qui est «le professeur» de l’humanité, et le symbole de la science jusqu’à la fin des temps.
L’Ayatollah Seyed Fazlollah écrit au sujet d’Hazrate Fatemeh: «Quand nous pensons à Fatemeh, nous pensons aux valeurs de la Révélation. Les gens qui croient arriver avec la mort au bout du chemin, résument leur vie aux instants d’ici-bas. Mais il y a d’autres personnes qui vivent en recevant l’aide du Prophète comme Fatemeh. On ne peut penser à l’un sans penser à l’autre. On ne peut penser à l’enfance de Hassan et Hossein sans penser à Fatemeh, nous voulons que le nom de Fatemeh reste dans nos esprits et dans nos cœurs, comme un message et une idéologie.»
Hafse la fille de Omar, a déclaré lors de la cérémonie de mariage de Fatemeh: «Fatemeh est la meilleure femme du monde, elle brille comme un astre, Dieu lui a donné toutes les qualités à cause du Prophète qui a apporté les verstes du saint Coran. Fatemeh ! Dieu t’a donnée en mariage au meilleur des hommes, Ali, venez ! suivons Fatemeh car elle est en vérité grande et fait partie des grands de ce monde!»

iqna

Send To Friend