Al-Hussein, héritier de tous les messagers de Dieu !

Le Messager de Dieu (P) l’a dit au sujet de al-Hassan (p) et de al-Hussein (p) : « Celui qui les aime m’aime et celui qui m’aime aime Dieu. Celui qui les hait me hait et celui qui me hait hait Dieu ».

Il a dit aussi : « Hussein fait partie de moi, et moi je fais partie de Hussein ».

ID: 50200 | Date: 2022/08/08
Nous continuons de par le temps, et tant que les années s’étendent de par le temps, de regarder al-Hussein (p). Al-Hussein (p) continue de rester dans nos raisons un Imâm dont l’obéissance que nous lui devons est une obligation. Un Imâm qui porte le Message, qui le communique aux hommes et qui en assume la responsabilité avec force, fidélité et loyauté. C’est parce que al-Hussein (p) a passé sa petite enfance dans le giron du Prophète (P). Ses paroles étaient issues des paroles du Prophète (P). Sa deuxième enfance, il l’a passée auprès de sa mère Fâtima az-Zahrâ’ (p), la Dame Immaculée et Infaillible, au sujet de laquelle le Messager de Dieu (P) a dit qu’elles est « La Mère de son Père », elle qui a vécu avec le Messager de Dieu (P) de tout son être, et qui a vécu avec ‘Alî (p) de toute la fidélité qu’elle lui vouait, avec tout l’amour qu’elle lui portait.


Al-Hussein (p) a passé sa jeunesse avec son frère al-Hassan (p) sur la voie de leur père, ‘Alî (p). Ils l’accompagnaient partout où il se dirigeait et suivaient son exemple dans tout ce qu’il faisait. Ils apprenaient auprès de lui comment, en tant qu’hommes libres et pour défendre l’Islam et les Musulmans, se prémunir de la patience face aux défis qu’on lui lançait. Ils vivaient avec lui toute sa pensée, toute sa sagesse, toute son invention et toute sa science. Ils scrutaient ses horions alors que lui, ‘Alî (p), voyait en eux les deux Imâms, les deux références des hommes.


Al-Hussein (p) n’est pas pour nous un homme qui s’est révolté contre l’injustice et rien d’autre. Al-Hussein (p) est un Imâm à la hauteur du Message. Dès que nous évoquons al-Hussein (p), nous évoquons le Message, nous vivons le Message, nous assumons la responsabilité du sacrifice pour le Message et nous supportons les supplices sur la voie du Message. Car al-Hussein (p) était tout entier fait du Message. Il est l’Imâm qui a hérité tous les messages des prophètes (p). C’est ce que nous récitons lorsque nous nous adressons à lui lors des visites que nous lui rendons : « Que la paix, soit sur toi, ô l’héritier d’Adam qui est l’Elu de Dieu ; l’héritier de Noé qui est le Prophète de Dieu ; l’héritier de Moïse qui est l’Interlocuteur de Dieu ; l’Héritier de Jésus qui est l’Esprit de Dieu ; l’héritier de Muhammad qui est le Bien-aimé de Dieu. Je témoigne que tu étais une lumière dans les corps éminents et les seins purifiés et que la Jâhiliyya ne t’a pas souillé de ses impuretés. Je témoigne que tu es l’Imâm charitable, pieux, pur et satisfait. Je témoigne que tu t’es acquitté de la prière et de la zakât, que tu as ordonné le bien et déconseillé le mal et que tu as lutté comme il se doit pour la cause de Dieu jusqu’à ce que tu as vue la certitude ».


Nous n’avons pas de rendez-vous particulièrement fixé avec al-Hussein (p). Notre rendez-vous avec lui est dans tout le temps. Nous l’évoquons toutes les heures et tous les jours. Nous l’aimons et le chérissons et nous nous fondons en lui même lorsque, de tristesse, nous nous fondons en larmes pour son drame. Nos larmes sont celles de l’amour et de la fidélité et non pas celles de la seule affliction. Elles sont les larmes de la cause vue à travers toutes ses valeurs.


La fidélité au Message


L’Imâm al-Hussein (p) s’est mis en action pour affirmer qu’il le fait par fidélité à la cause de son Grand-père, le Messager de Dieu (P). Il s’en est chargé pour la cause de la Nation. Il a appris de son père, le Commandeur des Croyants, ‘Alî (p), comment assumer ses responsabilités envers la Nation, comment vivre la responsabilité en assurant le salut de la Nation, comment endurer en se chargeant de cette responsabilité à l’exemple de son père lorsqu’il a été frustré de son droit qui lui a été octroyé par Dieu, par la bouche de Son Prophète (P) lorsqu’il a dit : « Celui qui me considère comme son maître doit considérer ’Ali comme son maître. Seigneur ! Sois l’ami de ses amis, sois l’ennemi de ses ennemis, assiste ceux qui l’assistent, abandonne ceux qui l’abandonnent et fais que la vérité soit avec lui là où il se dirige ».


Il a appris de son père (p) comment assister l’Islam lorsqu’il a été abandonné par certains Musulmans. Il disait à ce propos : « Je me soumettrai tant que les affaires des Musulmans seront respectées et tant que je serai le seul à être traité injustement ». Il a appris également de son père comment assumer les responsabilités de toute la Nation islamique malgré toutes les souffrances qu’il subissait et toutes les conditions dures et difficiles qui l’entouraient. Il le faisait car son but était d’assister le vrai. ‘Alî (p) l’a exprimé en disant : « J’ai craint au cas où je n’assiste pas l’Islam et les Musulmans d’y voir une faille ou une fissure qui constitueraient pour moi une catastrophe plus grande que celle qui s’abattrait sur moi en n’obtenant pas votre califat qui n’est autre que plaisir pour un nombre réduit de jours qui ne durent que pour peu de jours qui finissent par se dissiper comme le mirage ou les nuages. Alors je me suis mis en action jusqu’à l’établissement de la vérité et la chute de l’erreur ».


C’est sur la même voie que l’Imâm al-Hussein (p) a lancé ses appels pour le changement, pour l’abolition de la réalité corrompue : « O gens ! Le Messager de Dieu (P) a dit : ‘Celui qui voit un gouverneur injuste qui rend légal ce que Dieu a interdit, qui transgresse le pacte qu’il a conclu devant Dieu, qui contredit la Sunna du Messager de Dieu, qui agresse les serviteurs de Dieu, sans qu’il s’oppose à lui ni par une parole ni par une action, Dieu lui réservera obligatoirement le même traitement qu’Il réserve à ce gouverneur. Sachez donc que ces gens-là ont choisi d’obéir au Diable et de désobéir à Dieu. Ils ont rendu légal ce que Dieu a interdit et ont interdit ce que Dieu a rendu légal. Ils se sont emparés des biens de la Nation ; ils ont bloqué l’application des lois divines et je suis le premier invité à agir pour le changement du fait que je suis proche du Messager de Dieu (P)’ ».


Il a demandé à la Nation d’assumer sa responsabilité dans le changement de la réalité corrompue qui s’écartait de l’authentique ligne islamique. Devant la Nation, il a pris la tête des révoltés et a fait face au pouvoir injuste en haussant la voix pour le changement et l’assainissement de la réalité islamique. Cette voix continue de retentir à travers le temps qui s’écoule. Elle continue d’exhorter