Si c’est possible, veuillez évaluer et faire des comparaisons entre les soulèvements récents du peuple iranien, au cours des cent dernières années, les soulèvements qui étaient en quelque sorte sous-jacents de la victoire de la révolution islamique, dirigée par l'Ayatollah Khomeiny en Iran ?

ID: 50009 | Date: 2017/10/30

Le premier acte héroïque de la nation iranienne a eu lieu en 1270 de l'hégire solaire (1891 apr. J.-C.), à l'incident de la Révolte du tabac. Cette révolte était dû aux concessions, sur le marché du tabac, accordées à une société britannique. Le roi de l’époque (Nasser-al-Din Shah) a offert la concession d’achat et de vente du tabac à une société britannique pour une petite somme d’argent, et dès lors l’exploitation et l'intervention étrangères dans les affaires économiques du pays ont commencés. Les intellectuels et surtout les couches religieuses du pays ont condamné le Shah, dans les journaux et au cours des conférences, et ils ont appelé le peuple à faire des grèves. D’ailleurs, beaucoup de plaintes ont été envoyées au bureau du Marja-e taqlid de l’époque, le défunt Hajj Mirza Shirazi, et c’était ainsi que celui-ci a été mis au courant de la conspiration en cours.


La fameuse fatwa du Marja de l'époque interdisant l'usage du tabac, a déjoué tous les plans de l'ennemi et a forcé le roi de Qadjar d’annuler le contrat. Malgré toute son importance et avec tout le respect pour ses dirigeants, cette révolte n’était malheureusement pas assez efficace et le colonialisme est revenu au pays après quelques temps. Pourtant la nation iranienne ne pouvait plus le supporter, et un autre soulèvement appelé « révolte constitutionnelle » a été fondé en 1285 de l'hégire solaire (1906 apr. J.-C.). Au cours de ce mouvement, les gens se soulevaient au nom de la fondation d’un système de justice et puis pour la mise en place de l'Assemblée nationale. Finalement, et après une longue lutte, ils ont réussi à atteindre leurs objectifs, au moins en apparence. Mais après quelque temps, ceux qui étaient nés du despotisme et qui étaient comme des agents dans les mains des coloniaux s'accrochaient aux sièges du parlement et prenaient le contrôle des affaires du pays, et une fois de plus le colonialisme montra son visage hideux par son influence sur les despotes, apparemment constitutionnalistes, et marqua un temps noir aux gens qui avaient perdu leurs proches en voie de la seconde révolution.


Bien que ce mouvement ait fondé par la main puissante des Marajas, tels que l'Ayatollah Khorassani et l'Ayatollah Noori et de grandes figures politiques et scientifiques, non seulement il n'avait pas de résultat, mais il a donné l'effet inverse, en préparant le démantèlement de la dynastie Qajar et le remplacement de la dynastie impitoyable et dépourvue de toute sorte d'authenticité de Pahlavi. La famille Pahlavi a dominé environ 60 ans du coup d'état de 1299 de l'hégire solaire (1920 apr. J.-C.) à la révolution du mois de Bahman 1357 de l'hégire solaire (1979 apr. J.-C.), tout en séquestrant des hommes politiques et de grandes figures révolutionnaires dans des cellules obscures et humides et tout en confiant un grand nombre de combattants aux pelotons d'exécution. 


Pendant le règne de la dynastie Pahlavi, dirigé par un clergé combattant, le défunt Ayatollah Kashani accompagné d’un personnage national, le Docteur Mohammad Mosaddeq, le peuple iranien a courageusement commencé son soulèvement afin de rétablir encore une fois la liberté et l’indépendance du pays. Leur soulèvement a commencé au nom de la nationalisation de l'industrie pétrolière et a remporté un succès relatif. Or, cette lutte aussi a échoué avec le coup d'État du 28 Mordad 1932 de l'hégire solaire (1953 apr. J.-C.), et une fois de plus le régime tyrannique de Pahlavi, grâce au soutien de CIA et de Mossad a dominé le pays. Pendant son règne, Mohammad Reza Pahlavi a mis la richesse, les ressources terrestres et les produits naturels du pays à la disposition des pays coloniaux, en particulier les États-Unis.


Tout en analysant les événements des cent dernières années, et tout en étudiant le cours des mouvements populaires qui s'y sont formés, on peut oser à dire que les trois mouvements précédents, malgré leur importance et leur résultats précieuses, n'étaient pas des soulèvements fondamentaux.


En d'autres termes, dans les trois soulèvements précédents, la racine de la corruption -un état laïc sous la domination d'une monarchie méprisable et tyrannique- a été préservée, car le changement ou la transformation n’a eu lieu que dans la forme apparente. Or, pendant le quatrième soulèvement du peuple musulman de l'Iran, la corruption, qui consistait en une règle non divine et une dictature royale, a été déracinée, et sur ses ruines a été fondé une révolution fondamentale, un système complètement nouveau.


La quatrième révolution était une révolution idéologique, religieuse, populaire et fondamentale, qui a été dirigée par la grande figure du siècle, l'Imam Khomeiny (Que DIEU sanctifie son secret). Depuis Aban 1341 de l'hégire solaire (1962 apr. J.-C.), avec l'avènement du mouvement anti-tyrannique et anticolonial de l'Imam Khomeiny, un nouvel esprit a été sifflé au corps colonisé de l’Iran, et, au cours de ses dix-sept années, cette société s'est sacrifiée par tous les moyens disponibles en voie de la réalisation des idéaux islamiques et aussi, en voie de couper la main de l'arrogance du destin du pays. Le chef de ce mouvement massif a été emprisonné, puis exilé comme un véritable combattant ; il a perdu son fils bien-aimé et il a accueilli tous les dangers à bras ouvert. Finalement, la nation combattante et croyante de l'Iran islamique a remporté une victoire complète en donnant plusieurs centaines de milliers de martyres et de handicapés, au 22 Bahman1357 de l'hégire solaire (1978 apr. J.-C.) et une nouvelle ère dans la domination du système divin-populaire s’est présenté devant les nations et les gouvernements mondiaux.